Appelé plus communément le yoga du rire, il a été créé par le Dr Kataria et sa femme (professeur de yoga), tous deux originaire de l ’Inde ; le premier club du rire est venu d’une idée alors qu’il rédigeait un article sur le stress, avec le rire comme meilleur remède. La première manifestation se fit dans un jardin à Bombay, le 13/03/95. Après diverses tentatives, il modifia ses séances de rire, en apprenant à rire à partir d’un rire mécanique et de situations qui se vivent dans la vie quotidienne. Le rire est un langage universel.
Il existe plus de 3000 clubs dans le monde, à Copenhague, une journée du rire à réunit 6000 personnes.
Les séances durent entre 30 et 40 minutes. En commençant par un échauffement en musique, l’animateur poursuit sa séances par divers thèmes, des situations de la vie de tous les jours (par exemple : la tondeuse à gazon, le chat, la voiture, le métro, boire un verre, etc), pour finir fait un bilan de la séances en recueillant les ressentis de chacun
Le rire développe en nous beaucoup de choses comme la confiance en soi, l’ouverture , le sens de l’humour, il est une arme contre le stress et la timidité. Rire c ’est facile, contagieux et ça développe le contact avec les autres. Il rend la vie plus plaisante et agréable. Il nous fait créer nous-même, notre propre méthode de rire, notre propre tonalité qui va nous aider à vivre sans nous fatiguer.
Le rire active les muscles, il est lié à la respiration (yoga). Il stimule le cerveau droit, ce qui a pour effet de développer la créativité et notre imaginaire. Apprendre à rire sans condition c’est nous donner du bonheur à vivre. Il a pour effet de renforcer le système immunitaire, faire chuter la tension artérielle, soulage la bronchite et l ’asthme, masse les organes internes, augmente les endomorphines dans notre corps (analgésiques naturels), augmente la capacité respiratoire, évite la dépression, il donne un esprit positif, le sens de l ’humanité. La philosophie du rire, c ’est que le monde ne va pas changer, mais que nous devons changer nous-même.
 

 





 

 

 

 

 

 

 

 

Sommaire